Super Hexagon

Publié le 29 Jan 2013 par Robi |

Système d'exploitation: /
Mots clés :, , ,

closeCet article a été publié il y a 4 ans 4 mois 30 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Les meilleurs jeux tournent souvent autour des concepts les plus simples. Et un jeu de labyrinthe c’est simple, très simple. Du coup peut-être trop. Et si je vous dit que Super Hexagon est un jeu de labyrinthe, et que vous jouerez en utilisant seulement votre pouce gauche pour aller vers la gauche, et le droit pour aller dans l’autre sens, ça sent l’application inutile a des kms.

Oui mais voilà, ce n’est pas n’importe quel labyrinthe. Pour corser le tout, le créateur du jeu Terry Cavanagh aurez pu rajouter des zombies ou des fantômes, mais là, autant acheter Pacman. Imaginez plutôt que les murs qui vous entourent bougent et tournent, tout en se rapprochant a toute vitesse pour vous écraser. Et quand je dis à toute vitesse je vous assure, ça va vite, très vite. « – Ça a l’air cool ce jeu il faut faire quoi !? – Ha, t’es mort. On tourne ? » A un tel point que le jeu ne va rapidement maintenir l’intérêt que des joueurs les plus hardcore, voir des plus maso. Le jeu est en effet ULTRA punitif. Que vous connaissiez ou non les règles du jeu et son fonctionnement, votre durée de vie sera à peu près de 2 secondes pour les toutes premières parties. Seuls les plus vifs (et les plus sobres) auront une chance d’aller un peu plus loin. Mais une fois la prise en main effectuée, le jeu devient vite jouissif, ultra fun, et complétement addictif. Il est également très précis, et même si le gameplay est on ne peut plus simple, il restait indispensable d’avoir des contrôles justes et réactifs. C’est déjà frustrant de perdre très souvent dans un jeu, mais ça reste insupportable quand en plus ce n’est pas de notre faute. Donc la pas de soucis, même s’il est  toujours possible d’utiliser un peu de mauvaise foi pour vous expliquer deux ou trois scores limites, vous saurez : « attends mais ça passait là !! ». Non, ça ne passe pas, sinon, ce serait passé. Et si les changements de couleurs psychédéliques, la bande son survitaminée ou une crise d’épilepsie ne vous déstabilisent pas trop, ce sera déjà un vrai challenge de survivre 30 secondes. Mais pour ceux qui  accepteront les premières parties punitives, vous prendrez vite votre pied a enchaîner quasi machinalement les mouvements. Le secret du jeu reste l’anticipation, plus vous avancerez, plus vous saurez comment gérer 2 ou 3 murs d’avance.

Pour ceux qui trouveront le jeu encore trop simple (on attend vos high scores en commentaires), vous pouvez toujours jouer dans les transports, idéalement après un bon repas. Ce jeu reste donc un paradoxe, simple mais complexe, dur mais fun, aux parties courtes mais à la durée de vie quasi infinie. Mais le meilleur moyen de vous faire une idée, c’est encore de l’essayer.

Super Hexagon - Terry Cavanagh

Gameplay
Jouabilité
Durée de vie
Bande son
WTFness
Accessibilité

En résumé : Excellent mais à ne pas mettre entre tous les pouces.

4.1

Excellent





Back to Top ↑